Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  AnneRose le Sam 19 Juil - 13:50

Je viens de rédiger sur mon blog un petit résumé de l'évolution de mon corps au fil du temps, au fil de mon évolution à moi, avec le regard que j'en ai aujourd'hui : http://unpasapreslautre.over-blog.fr/article-21345103.html
Avez-vous, vous aussi, vécu ce genre de modifications en fonction de votre évolution, de vos prises de consciences ou de vos changement de vie?

_________________
Anne-Rose
http://lecorpsenaccord.over-blog.com/
avatar
AnneRose
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2008
Age : 45
Localisation : Villematier(31)

Voir le profil de l'utilisateur http://lecorpsenaccord.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  domdom le Sam 19 Juil - 16:48

bonjour Anne-rose,

Personnellement j'ai dans mon souvenir toujours été assez ronde. On me disait même que je n'étais pas constituée pour être mince, que je ne le serais jamais...
Aujourd'hui je suis toujours ronde, et cela à pu prendre des proportions impressionnantes (plus de 93 kg pendant ma grossesse, moins de 70 d'habitude)! D'ailleurs ton message plus mon travail perso du moment m'indique une problématique liée à mes limites corporelles, psychiques, du Moi en fait, limites que j'ai du mal à ressentir...
Donc je suis toujours ronde, n'ai jamais vraiment expérimentée la minceur (peut-être enfant?) mais je suis intimement convaincue que ce "trop" ne me correspond pas profondément. Alors j'ai fais des régimes et autres tentatives pour devenir mince, mais tant que ma problématique sous-jacente et mon histoire ne sera pas éclaircie et digérée (et oui, les mots font sens d'une manière assez édifiante!), je sais que ce poids restera. Et je sais aussi qu'il me quittera quand je serais prête, sans effort particulier...mon corps se retrouvera enfin.
Voilà mon expérience par rapport à ce que tu évoques.

domdom

Messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  rachel le Dim 20 Juil - 11:22

http://petitebonnefemmedevie.over-blog.com/article-17871426.html

moi c'est sur ce lien que vous pourrez lire mes "histoires de poids" !!
j'aime espérer qu'un jour je trouverai un équilibre et un poid de croisière fixe qui me convienne... et je sai saussi qu'il ne viendra pas avec un régime, le secret est ailleurs... flower

rachel

Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

euh...

Message  Algrid le Dim 20 Juil - 17:24

Bonjour,
petite enfant j'étais "normale" ; ensuite je suis devenue maigre (peut être vers 6 ou 7 ans) et ça jusqu'à 16 ans environ. J'étais la grande maigre, sans forme, mal dans sa peau...

Dans mes premiers souvenirs d'enfant, en maternelle et CP, je suis une enfant classique. Pas épaisse mais pas maigre. Je suis vivante, gaie, avec des couleurs, vivante !

Ensuite : plus grande que toutes mes copines, je dépassais toujours d'une tête. A la danse toujours au fond...
Et puis maigre, maigre, on voyait tous mes os, tout était fin, trop fin. Les genoux étaient la partie la plus grosse de mes jambes...
Et avec ça : blanche genre grisâtre... style aucune énergie vitale de circule, j'étais en mode survie.
A me relire, ça pourrait faire rire, mais franchement quand on y est dedans, dans ce corps là, c'est pas drôle.

Au lycée, je crois que c'était en première, un mec s'adresse à moi depuis l'autre côté de la grande cour en criant "même en France ça existe le rachitisme"... Quelle honte. (ce jour là j'avais pris sur moi, j'avais osé me mettre en robe... je ne l'ai plus refait pendant de longs mois !)
J'ai été pubère vers 15 ans ; je n'avais à 16/17 ans ni sein, ni fesse, ni cuisse.

Puis, le papillon sort de la chrysalide : en terminale mes formes apparaissent, et très harmonieusement : je fais 1m75, 50 kg, 90 - 60 - 95 ! C'est vrai, hein ! Je suis "bandante", c'est ce que me dit un copain lors d'un spectacle de danse, en toute amitié ! Je sens alors les regards sur moi ; en effet, mon corps est très envié des filles et remarqué des mecs.
J'ai le sentiment alors qu'il y a une disharmonie entre le corps et le visage puisque je ne me trouve pas jolie.
Autre chose : je n'habite pas "bien" mon corps. J'en suis tantôt gênée, tantôt fière, c'est difficile...
En tous cas, mon compagnon de l'époque a vraiment compliqué la chose, puisqu'il me pousse vers une idéalisation du corps, vers une exigence sans borne, il FAUT que je reste mince et musclée...

Mon compagnon actuel est bien plus tolérant et m'apprécie telle que je suis, il n'a aucune exigence d'esthétisme, c'est reposant !
Première grossesse : je commence à 55kg environ, je prends une dizaine de kg que je perds immédiatement ; je suis aussi mince mais la peau moins élastique... j'ai moins de poitrine un an après et ça ne me plait pas...
Deuxième grossesse, un peu pareil, et de plus en plus flasque, la peau, et je complexe sur mon ventre qui n'est plus plat entre mes hanche (avant la première grossesse, il était carrément creux entre les hanches) et les seins de moins en moins rebondis... Je ne sais pas combien je pèse mais je peux imaginer que je suis autour de 50 kg (entre 50 et 55) et je pense que c'est "mon poids".

Je projette de faire du sport que j'aime (danser, et puis nager aussi) pour prendre du plaisir surtout et me remuscler aussi, pour retrouver de la souplesse également.

Depuis quelques mois j'ai le sentiment d'habiter davantage mon corps, et qu'il ne s'agit pas de son image mais bien de moi, je me sens incarnée (carne...) comme je ne l'ai jamais senti auparavant (ou peut être toute petite enfant) ; j'arrive à me sentir parfois en lien tout autant à l'énergie de la terre qu'à celle de l'univers. J'ai perçu il y a peu mon corps éthérique et c'est extrêmement agréable, cela m'aide aussi à être dans mon corps...

J'ai dit beaucoup de choses... pardon si c'est envahissant ici. Pour moi c'est intéressant de le réfléchir et de le poser...
Algrid

Algrid

Messages : 37
Date d'inscription : 30/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  rachel le Dim 20 Juil - 17:44

ce post est là pour ça algrid, tu as raison d'écrire !!
ce que je vois, c'est que mince ou ronde, le mal être est souvent présent... chez beaucoup de personnes je pense !! c'est dommage... Mad c'est tellement important de se sentir bien... ça doit tellment être chouette !!

rachel

Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  AnneRose le Lun 21 Juil - 10:07

Habiter son corps, l'incarner pleinement, se sentir relié à la terre, à l'énergie universelle, en voilà des mots qui me parlent Wink
Mon lieu d'habitation actuel m'y aide beaucoup car quand j'ouvre mes volets le matin et que j'ai vu sur le champs, les bois, avec le chant des petits oiseaux et le souffle du vent sur ma peau.....whouaaaa, ça connecte à la terre!!!

Je me retrouve aussi régulièrement à faire certains gestes, à prendre certaines postures corporelles découvertes en kinésiologie du mouvement, lorsque je préparais mon professorat de danse et que j'ai découvert qu'on pouvait tous trouver une posture "juste", un alignement équilibré dans son corps quelle qu'en soit la forme (et pas seulement si on avait "le physique parfait de la danseuse!" ).
Ces gestes m'aident à sentir les "lignes" qui me traversent sur lesquelles je peux m'appuyer et par lesquelles je peux me connecter à tout ce que je veux, autour de moi.
Bon, ça peut paraitre un peu abstrait comme ça par le net interposé mais j'espère bientôt pouvoir partager ça lors de rencontres ou séances d'expression corporelle.

_________________
Anne-Rose
http://lecorpsenaccord.over-blog.com/
avatar
AnneRose
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2008
Age : 45
Localisation : Villematier(31)

Voir le profil de l'utilisateur http://lecorpsenaccord.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  AnneRose le Lun 21 Juil - 10:15

Rachel je viens d'aller voir ton billet (j'adore les petits dessins aussi!), c'est intéressant ce que tu dis : que ce n'est pas tant le poids qui te gêne, mais son instabilité.
J'imagine que quand notre poids se stabilise c'est qu'on a enfin stabilisé des choses à l'intérieur de nous, ça rejoint il me semble les mots d'Algrid : enfin habiter son corps, l'incarner pleinement, des choses qui se font au fil de temps, de notre cheminement, de nos prises de conscience...

_________________
Anne-Rose
http://lecorpsenaccord.over-blog.com/
avatar
AnneRose
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2008
Age : 45
Localisation : Villematier(31)

Voir le profil de l'utilisateur http://lecorpsenaccord.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  Algrid le Mar 22 Juil - 9:18

Ayant un RV médical pour mon fils hier, j'en ai profité pour monter sur la balance, par curiosité suite à ce fil de discussion et oui : 52 kg ! C'est sans doute "mon poids"... stable.

Algrid

Messages : 37
Date d'inscription : 30/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  AnneRose le Mer 23 Juil - 15:22

Je suis convaincue que sans se peser on "sent" quand on est à son poids d'équilibre, la balance te l'a confirmé Algrid Wink

_________________
Anne-Rose
http://lecorpsenaccord.over-blog.com/
avatar
AnneRose
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2008
Age : 45
Localisation : Villematier(31)

Voir le profil de l'utilisateur http://lecorpsenaccord.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  Ingrid le Lun 4 Aoû - 1:49

Bonjour,

Très heureuse de visiter ce blog dont le titre seul m'avait d'emblée séduite, il y a quelque temps. Je passe enfin te rendre une vraie visite, Anne-Rose.

Personnellement, je crois que les "vagues" successives de mes grossesses ont réussi à noyer littérallement la non-image que je pouvais avoir de moi-même avant ma rencontre avec mon homme, avant mes 20 ans. Je ne cherche pas, je n'ai aucune idée de "mon poids" parce qu'il change constamment depuis bientôt 17 ans que des bébés passent par moi. (Je ne sais d'ailleurs toujours pas comment un être tout entier peut passer par moi). Bébé 8 pointe le bout de son nez dans environ deux mois et sera sans doute pour toujours le plus jeune de mes enfants.

Je partage avec toi la passe (14 ans pour moi) de cheveux coupés très courts, qui ne prennent pas de temps d'entretien, parce qu'on ne prend pas de temps pour soi et aussi parce qu'on a gobé les préceptes de perfectionnisme dans lesquels on a grandi (sortir avec de longs cheveux pas tout à fait démêlés, mais bien arrangés, oui , ça se fait, mais je le sais depuis peu...)


J'aime bien la notion de posture dont tu parles plus haut, quel que soit le corps dont on ait été doté, peu importe le moment de notre parcours, on peut trouver le moyen de l'équilibrer sans vouloir le changer. Faire avec lui et pas contre lui. Le regarder comme un partenaire et pas comme un ennemi.

Ingrid

Ingrid

Messages : 3
Date d'inscription : 04/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  AnneRose le Lun 4 Aoû - 11:13

Bonjour Ingrid et bienvenue ici, je suis ravie de ta visite Very Happy

Quand je vois comment trois maternités m'ont fait évoluer dans mon rapport au corps, j'imagine comme le chemin doit être riche au bout de la huitième!
Pour le cheveux courts, il y avait de la coquetterie au début, petites mèches éfilées bien disposées autour du visage mais à partir du moment où les enfants sont arrivés, terminé ou presque...c'était déjà bien quand j'arrivais à les laver, lol!

Concernant la posture, ça a été une vrai révélation pour moi cette histoire de juste équilibre AVEC le corps tel qu'ils est. C'est ce qui me permet aujourd'hui par exemple de me ré-aligner au besoin malgré mon gros ventre.

"Faire avec lui et pas contre lui. Le regarder comme un partenaire et pas comme un ennemi."

Tout est dit, c'est la ligne directive de l'association pour moi (et la mienne aussi dans la vie!!)
sunny sunny sunny

_________________
Anne-Rose
http://lecorpsenaccord.over-blog.com/
avatar
AnneRose
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2008
Age : 45
Localisation : Villematier(31)

Voir le profil de l'utilisateur http://lecorpsenaccord.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  celinec le Ven 8 Aoû - 18:25

Personnellement, je pense que ce n'est pas l'avis des autres mais notre ressenti qui fait que l'on se sent bien ou pas dans son corps

jusqu a 11 ans j'etais un vrai fil de fer , tres grande et tres mince, j'avais des surnoms "fil de fer", squeletor mais je m'en fichai je me trouvai belle comme cela, j'adorai mes petites cuisses de grenouilles.

a l adolescence j'ai pris un peu de poids ce qui est tres normal j'ai fait une petite fixation sur ma "cellulite" de 1" à 16 ans que j ai finalement accepté et aussi sur la longueur de mes pieds car dur dur de trouver de belles chaussures ou sinon elles sont belles en 38 et en 41 elles sont moches car trop longues lol
j ai été pubere assez tard, on m'a traitée de" planche a pain..." mais moi j'etais fiere de ne pas avoir de sein d'etre encore "petite fille" j'ai eu du mal a mettre mon premier soutif je ne l'ai mis qu'a 16 ans une fois la taille definitive 90 B atteinte
a 16 ans j'avais un corps de mannequin(58 kilos,90 60 90) que j'aimai exiber a la plage ma grande taille 1,78 ne m'a casi jamais complexé
pendant mes etudes j'ai pris des kilos qui m'ont plu et que j'ai gardé
pendant ma grossesse j'ai pris 18 kg atteignant 83 kilos mais j'aimai aussi ce corps pour ce qu il representait
j'ai perdu tres facilement tous ces kilos, actuellement je suis obligée( mais c'est pas tres dur pour moi car je suis gourmande) de beaucoup manger car avec l'alaitement long j'ai tendance à maigrir
je preferai mes seins d'avant qui etait plus fermes mais je considere que c'est normal et j'accepte ce changement en toute serenité
quant aux cheveux, pas question de les couper par commodité je veux rester femme meme si ca m'enerve quand la petite me les tire, j'ai quelques cheveux blancs que par contre je teins regulierement car je ne m'aime pas avec

voilà mon histoire bien banale et à la fois pas tant car j'ai souvent l'impression d'etre l'exeption

celinec

Messages : 3
Date d'inscription : 08/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  Ingrid le Ven 8 Aoû - 18:52

Des cheveux blancs, j'avoue que je suis ravie d'en avoir, enfin!!! J'ai toujours envisagé leur arrivée comme positive: ma mère avait vu sa grand-mère avec une chevelure blanche dès l'âge de 36 ans et a toujours rêvé d'en avoir aussi tôt qu'elle. Elle m'en parlait souvent, l'air rêveur, lorsque j'étais enfant. (Et elle me parlait peu, en général, de ses désirs, de ses rêves. Celui-là s'exprimait spontanément). Elle a dû attendre bien plus que cela pour avoir une chevelure toute blanche naturellement, pourtant...

Aujourd'hui, j'ai 40 ans, je suis poivre et sel, la crinière blanche n'est pas à l'ordre du jour, mais cela m'aide, avec le fait de laisser repousser mes cheveux, à avoir une apparence plus douce, qui me plait davantage, que lorsque j'avais des cheveux très courts et foncés.

J'ai beaucoup aimé être blonde, enfant, et puis surtout châtain à l'adolescence, avec les pointes fauves, naturellement.
Je retrouve un peu de cela dans ma tête avec le poivre et sel, quelque chose de moins défini, de moins dur, et qui est à nouveau vivant, avec la longueur...

Le regard de mon homme m'a beaucoup aidée à m'aimer, parce qu'il ne se fie pas aux apparences et aime voir comment les gens bougent et sont dans leur corps pour sentir s'ils sont beaux de l'intérieur. Il se méfie beaucoup des beautés froides et figées. Ma maman, par contre, craignait plus que tout que moi, son bébé, n'attrappe de petits boutons: il fallait que je sois impeccable. J'ai toujours eu le sentiment d'être regardée par elle dans mon enveloppe, par morceaux, avec un regard de surface qui ne croisait pas souvent le mien.

Ce n'est pas vraiment une aide pour se trouver, pour s'aimer, pour apprendre à se faire confiance. Mais on trouve d'autres points d'appui dans la vie, au petit bonheur la chance...

Ingrid

Messages : 3
Date d'inscription : 04/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

accepter...

Message  mamanat le Ven 26 Sep - 1:58

Bonsoire!
Je passais par là alors je profite de laisser mon point de vue...
Il y a un moment donnée où je me suis faite la réflexion sur le fait qu'à un moment donné j'ai arréter ma croissance de corps féminin, période où le premier jour de mes règles, ma mère est restée dans son lit et m'a dit de prendre des serviettes, et j'ai galéré car j'avais pas capté qu'il fallait enlever la bande pour que la serviette colle à la culotte, bref tout ça pour dire que la communication n'y étais pas du tout et tout un tas d'autres raisons ont fait que je me sentais mal dans ma peau avec une envie d'arréter le "bahut" comme d'aller piss... le matin! Jusqu'à être malade à chaque règle à en vomir mes tripes toute la nuit et me faire calmer avec une piqûre du docteur en pleine nuit! Je sais pas ce que c'était mais ça me calmais direct et je dormais, ça me rapelle quelques drogues que j'ai pu prendre par la suite! Bref!
En cheminenant sur mon chemin, j'ai pensé que la société nous bourrait bien le crâne quand même avec les stéréotypes surtout féminin et quand j'allais à la plage, j'ai toujours vu des corps bien différents aux multiples formes, bref, c'est bien vrai; même corporellement on est bien tous différents, cooooool!
Je n'avais plus du tout envie ni besoin de me demander "pourquoi je suis com'ça...etc", j'avais l'impression de perdre mon temps à réflechir à ce qui c'était passé auparavent, parce que temps que j'étais "avant", je n'étais plus "maintenant"...
Je me suis dite qu'à travers notre corps c'est sûr on porte aussi notre histoire personnelle et que du coup chaque corps est différent à toute étape de la vie et c'est bien ça que j'aime, le piment doux de la vie! Donc j'en suis venue à ne même plus penser à la forme de mon corps, ça n'empêche que je peux me regarder (sans y passer des heures à me contempler!!) et je vois : moi, juste moi, je peux me dire "tiens j'ai un beau bidou en ce moment, ça me fais penser aux super gâteaux que j'ai mangé mmmmmh" "ah, je pense que je vais avoir les règles..." et voilà je suis contente, je me rapelle un bon moment, ou autre... mais c'es tout.
Bref je m'accepte complètement comme je suis, avec mes cheveux blancs que je vois pointer, avec ma grassouille sur cuisses, surement que j'ai trouvé mon propre équilibre plus ou moins...
Mais ce que je veux dire c'est que les stéréotypes qui nous harcèlent partout an photos petits ou très très grand, etc, mets dans la tête une fausse image du "normal"... Surtout une femme, avec tout les changements magnifiques que l'on vit corporellement, je trouve bien beau d'avoir ses formes à chacune différentes...

A un moment donné, j'ai fait beaucoup de dessin de modèles vivant; une personne venait et posait nu et nous on la dessinais. Et bien à chaque fois, c'était des personnes aux formes différentes, et chaque fois je trouvais super de pouvoir dessiner ses formes de la plus maigre à plus "costaud", c'était comme un jeu, c'était comme d'y trouver la beauté à l'intérieur de ses formes, et par la passion de dessiner on pouvait rendre ces personnes belles/beaux, parce qu'elles l'étaient. Ce qui fait la différence, c'est comment on se voit soit-même, je suis presque persuadé que la façon dont se perçoit une personne face à elle, c'est la façon dont l'entourage la percevra. Et nous les femmes je pense qu'on a comme une revanche à prendre la dessus, réenseigner la véritable beauté féminine au delà des aspects visuels...
J'aime beaucoup le livre Femme qui se réinvente de Monique grande...
Bon allez sayez j'ai fait ma part, bizes à tous et à toutes! geek

mamanat

Messages : 3
Date d'inscription : 26/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://associationlibrecours.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  Nathalie le Jeu 2 Oct - 23:28

Cette discussion là, m'a passionné! merci Dalphée! et merci Anne Rose!
Je m'inquiétais dernièrement de la perte de mes cheveux et c'est vrai que la naissance de ma fille a perturbé cette écoute que j'avais, de mon corps. Je crois que je me sentais bien dedans sans trop en faire, sans trop me regarder dans le miroir mais plutôt dans les yeux de mon homme. (oui! oui!).
Les cheveux sont ma protection, un moyen de se cacher aussi à certain moment puis ils m' aident à me sentir féminine...donc beaucoup de choses ont changé! (Ma mère me poussait souvent à me les couper car selon elle, ils puisaient toute mon énergie...elle me le répète encore aujourd'hui.)
Je me vois donc "différente". Je ne réussis néanmoins pas à mettre des mots précis sur ce lien qui dure? peut être la perte de quelqu'un? le souvenir d'un être perdu? oui, peut être...je dois sans doute faire la paix avec moi même?
Ils repoussent un peu depuis très peu de temps, j'essaye de retrouver ce rapport (perdu) avec moi puis j'évite de trop me pencher sur ce qui a été puisque le temps passe et forcément, on vieillit!

A très bientôt,

Nathalie, maman de Luna

Nathalie

Messages : 3
Date d'inscription : 01/10/2008
Age : 44
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les formes du corps : harmonie/dysharmonie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum